Plan du site Contact Calendrier Nouveau Home
Link naar RSS feed

Archives

Remplacement du navire de recherche océanographique Belgica

Sur proposition du ministre de la Défense Steven Vandeput et de la secrétaire d'Etat à la Politique scientifique Zuhal Demir, le Conseil a marqué son accord sur l'attribution du marché public pour le remplacement du navire de recherche océanographique Belgica.
En marquant son accord, le Conseil des ministres donne le feu vert pour l'acquisition d'un nouveau navire de recherche océanographique en remplacement du Belgica. Ce remplacement a été approuvé en mars 2017. Les phases de conception et de construction du nouveau navire seront suivies par une équipe sur le chantier de trois personnes et démarreront en janvier 2018. La livraison du navire est prévue au printemps 2020.


Imagination: The evolution of human mind viewed from the study of chimpanzees.

Dans le cadre de l'exposition LES SINGES, le Muséum vous propose 11 nocturnes inédites! Visitez l'expo de 17h30 à 21h30 et assistez dès 19h soit à une conférence, soit à la projection d'un documentaire suivie d'un débat.
À l’occasion de la nocturne du 09.01.2018, Tetsuro Matsuzawa donnera une conférence intituléeImagination: The evolution of human mind viewed from the study of chimpanzees (en anglais)

Matsuzawa has been studying chimpanzee both in the laboratory and in the wild. The laboratory work is known as "Ai-project" in the Primate Research Institute of Kyoto University since 1977: a female chimpanzee named Ai learned to use Arabic numerals to represent the number (Matsuzawa, 1985, NATURE). The field work has been carried out in Bossou-Nimba, Guinea, since 1986, focusing on the tool use in the wild. Matsuzawa tries to synthesize the field and the lab work to understand the mind of chimpanzees to know the evolutionary origins of human mind. He published the books such as "Primate origins of human cognition and behavior", "Cognitive development in chimpanzees", "The chimpanzees of Bossou and Nimba". He got several prizes including Jane Goodall Award in 2001, and The Medal with Purple Ribbon in 2004, The Person of Cultural Merit in 2013.

Plus: https://www.naturalsciences.be/fr/museum/visits-and-activities/activities-detailed-fiches/9122


Publication d’un nouveau spectre solaire de référence: le spectre SOLAR-ISS

La mesure précise du spectre solaire hors atmosphère et de sa variabilité est fondamentale pour
• la physique solaire
• la photochimie atmosphérique terrestre
• le climat de la Terre
Le rôle de la variabilité solaire sur le climat reste un sujet d’intérêt scientifique et sociétal fort. Une équipe scientifique internationale, dont fait partie l’Institut royal d’Aéronomie Spatiale de Belgique, a déterminé avec précision un nouveau spectre solaire de référence à partir des mesures réalisées par l’instrument SOLAR/SOLSPEC à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS).
Cette étude a été publiée dans la revue scientifique Astronomy and Astrophysics en novembre 2017.

Plus: http://www.aeronomie.be/fr/nouvelles-presse/2017-12-19-spectre-solar-iss.htm


Un platéosaure pour Bruxelles

Un squelette authentique de dinosaure arrive à Bruxelles près de 135 ans après la découverte des Iguanodons de Bernissart.
Après une année et demie de dégagement minutieux et d’assemblage sur une armature métallique faite sur mesure, Ben le platéosaure est fin prêt pour être exposé au Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles. Provenant d’une carrière de marne en Suisse, ce squelette authentique mesure environ 6,4 mètres et est vieux de 210 millions d’années (il date de la fi du Trias). Plateosaurus était l’un des tout premiers grands dinosaures et un prédécesseur des sauropodes comme Diplodocus. Voici l’histoire de «Ben».

Plus: https://www.naturalsciences.be/fr/news/item/9181


Découverte d’un nouveau raptor… semi-aquatique!

Une équipe internationale de chercheurs, dont des paléontologues belges, a décrit un nouveau dinosaure de Mongolie capable de nager. Jusqu’à présent, cette caractéristique n’avait jamais été aussi clairement établie chez les dinosaures. Le fossile d’Halszkaraptor, datant de 75 millions d'années et parfaitement conservé, avait été volé en Mongolie et circulait depuis dans des collections privées.

Une équipe de scientifiques a décrit une nouvelle espèce de dinosaure qui pouvait se déplacer aussi bien sur terre que dans l’eau : Halszkaraptor escuilliei (surnommé « Halszka » en l’honneur de la paléontologue polonaise Halszka Osmólska, pour sa contribution à l’étude des dinosaures mongols du Désert de Gobi). « Les dinosaures étaient des animaux terrestres – du moins, c’est ce que nous avons toujours cru – mais, pour la première fois, nous pouvons affirmer que certains nageaient », déclare Pascal Godefroit, paléontologue à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. « Halszka » évoluait probablement dans l’eau comme les manchots et autres oiseaux aquatiques grâce aux mouvements de ses pattes avant. Son long cou de cygne et ses dents allongées lui permettaient d’attraper les poissons sous l’eau. Le prédateur, qui mesure 80 cm de la tête à la queue, est étroitement lié à Velociraptor, célèbre depuis les films Jurassic Park. Le nouveau raptor semi-aquatique a été décrit dans la revue scientifique Nature.

Plus: http://www.belspo.be/belspo/organisation/actua/2017_1206_KbinIrsnb_fr.pdf


Les impacts environnementaux des parcs à éoliennes en mer en Belgique.
Nouveau rapport IRSNB

Dès 2016, 232 éoliennes seront opérationnelles dans la partie belge de la Mer du Nord, avec une capacité commune de 870 mégawatts. Afin d'atteindre l'objectif national de 13% de la production d'électricité à partie d’énergie renouvelable d'ici 2020, une augmentation du nombre de turbines jusqu’à environ 500 unités dans cette zone est prévue. Ensemble, elles auront une capacité de 2 200 mégawatts, ce qui couvre jusqu'à 10% des besoins totaux en électricité de la Belgique. Avec 238 km² réservés aux parcs éoliens offshore dans les eaux belges et 344 km² dans la région néerlandaise voisine de Borssele, les conséquences écologiques sont inévitables. C'est pourquoi un programme complet de surveillance de l'impact sur l'environnement a été mis en place, celui-ci est pleinement opérationnel depuis 2008. Un nouveau rapport décrivant les résultats les plus récents est désormais disponible.

Plus: http://www.belspo.be/belspo/organisation/actua/2017_1205_KbinIrsnb_fr.pdf


Un chef-d’œuvre de Gauguin dévoilé après 11 mois de restauration

Il y a un an, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique lançaient une opération de crowdfunding pour la restauration d’un tableau de Paul Gauguin. En à peine trois semaines l’objectif des 45.000 EUR a été atteint grâce à la générosité du public et du mécène le Fonds Baillet-Latour. «Le portrait de Suzanne Bambridge», après 11 mois de restauration minutieuse, sera enfin dévoilé ce mercredi 29 novembre lors d’une soirée exclusive pour les grands donateurs, au Musée Fin-de-Siècle à Bruxelles. La direction du musée et le restaurateur présenteront les différentes étapes de la restauration, ainsi que les étonnantes découvertes réalisées. On apprendra notamment que Gauguin a réalisé lui-même des restaurations sur le tableau, à Tahiti, en y laissant même une empreinte dans la couche picturale.

« Le portrait de Suzanne Bambridge » est l’un des chefs-d’œuvre de Paul Gauguin. Peint par l’artiste lors de son premier séjour à Tahiti (1891), c’est le premier (et rare) portrait frontal qu’il réalise. Ce tableau a connu un grand nombre de tribulations et a été endommagé par de multiples transports, stockages et restaurations peu adéquates avant d’être acquis par les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique en 1923. Dès le jeudi 30 novembre 2017, le public pourra redécouvrir l’œuvre restaurée dans la collection permanente du Musée Fin-de-Siècle, à côté de deux autres œuvres de Gauguin: «Conversation dans les prés. Pont-Aven» (1888) et «Le calvaire breton» (1889).


La Bibliothèque royale de Belgique conservera bientôt toutes les publications numériques

La Secrétaire d’État à la Politique scientifique Zuhal Demir modifie la loi sur le dépôt légal. Contrairement à de nombreux autres pays européens, si les éditeurs avaient déjà l’obligation de déposer leurs publications auprès de la Bibliothèque royale de Belgique, cette obligation ne s’appliquait qu’aux publications « sur support matériel ». Afin d’éviter un trou noir numérique, la Secrétaire d’État étend la loi aux publications en ligne.

Plus: https://kbr.prezly.com/la-bibliotheque-royale-de-belgique-conservera-bientot-toutes-les-publications-numeriques#


A propos de ce site

Données personnelles

© 2018 SPP Politique scientifique