NL FR EN
www.belgium.be

Recherches et Applications spatiales

La Belgique est un acteur important du paysage spatial au niveau international. Notre pays a développé un savoir-faire scientifique et technique remarquable, notamment dans le domaine de l'observation de la Terre. Le moment est venu d'utiliser cette expérience et ces connaissances pour soutenir la lutte contre le COVID-19.

Les technologies spatiales occupent une place importante dans notre quotidien. De plus en plus d’applications, devenues évidentes pour chacun d’entre nous, dépendent des satellites et des données qu'ils génèrent. Nos systèmes de navigation, les prévisions météorologiques, les événements en direct que nous suivons plus que jamais dans les média n’en sont que quelques exemples.

D'autres applications semblent avoir un impact plus indirect sur notre vie mais sont en réalité extrêmement précieuses pour faire face à des enjeux fondamentaux, comme la sécurité alimentaire, la surveillance environnementale ou même l’accès aux soins de santé. Les données des satellites d'observation de la Terre permettent par exemple le suivi des cultures à l’échelle mondiale, de la pollution atmosphérique ou de la déforestation. De nombreuses techniques utilisées notamment dans le milieu hospitalier sont issues de recherches menées par les astronautes à bord de l'ISS ou de l’exploration spatiale. Ces recherches nous permettent également de progresser dans notre compréhension des processus physiques, chimiques et biologiques qui régissent la vie sur Terre.

NO2 concentrations over Europe (Cliquez  pour agrandir)
These images, using data from the Copernicus Sentinel-5P satellite , show the average NO2 concentrations from 13 March to 13 April 2020, compared to the March-April averaged concentrations from 2019. The percentage decrease is derived over selected cities in Europe and has an uncertainty of around 15% owing to weather differences between 2019 and 2020.

Le programme national de recherche en OT STEREO finance des projets qui utilisent la manne d’informations contenues dans les données satellitaires et aériennes pour extraire des informations utiles à notre société, notamment en Epidémiologie, surveillance des écosystèmes et gestion des risques.

  • Sophie Vanwambeke, géographe spécialisée en épidémiologie spatiale à l’ELI_UCLouvain et qui a été coordinatrice de plusieurs projets du programme STEREO II, a expliqué dans plusieurs média comment l'impact humain sur les écosystèmes offre de nouvelles opportunités aux virus.
    Déforestation, urbanisation: comment l'humain offre de nouvelles opportunités aux virus .

  • Le projet MAUPP (Modelling and forecasting African Urban Population Patterns for vulnerability and health assessments), regroupe des partenaires belges et étrangers et est coordonné par Marius Gilbert et Catherine Linard, du Laboratoire d’épidémiologie spatiale de l’ULB. L’objectif est, à partir de données satellitaires et de terrain, de développer des modèles permettant d'améliorer la connaissance des structures démographiques de la population urbaine en Afrique subsaharienne. Ces informations peuvent aider les autorités et acteurs concernés à identifier les populations les plus sensibles aux maladies infectieuses et à comprendre les moteurs de leur propagation.
    MAUPP - Améliorer la connaissance démographique des villes subsahariennes et de leurs bidonvilles

Fruit d'une collaboration entre l'ESA et la Commission européenne, la plateforme RACE (Rapid Action in response to Coronavirus with Earth observation) utilise les données de satellites d'observation de la Terre pour mesurer l'impact du confinement lié au coronavirus et surveiller la reprise post-confinement. Elle permet le suivi de paramètres environnementaux clés, comme les modifications de la qualité de l'air ou de l'eau ainsi que les activités économiques et humaines, notamment l'industrie, la navigation, la construction, le trafic et la productivité agricole.

Le dioxyde d’azote (NO2)est un polluant atmosphérique majeur. La réduction des concentrations en NO2, due à la diminution des activités humaines suite aux mesures de confinement, peut être observée grâce aux données du satellite Sentinel-5P.

La pandémie COVID-19 a pratiquement paralysé notre vie quotidienne. Lorsque la propagation de la maladie aura été endiguée, le monde devra relever d'énormes défis pour un retour à la vie normale. Pour soutenir les experts des centres de recherche et des organisations européens, l'ESA a lancé des initiatives qui ont pour objectif de mieux comprendre et atténuer les effets de la pandémie sur la société, l'économie et l'environnement.

  • L'ESA propose, via le programme ARTES 4.0 BASS (Business Applications et Space Solutions) des appels à projets de démonstration de services/produits pour contribuer à la prise en charge de la crise COVID-19:
    ARTES 4.0 BASS helping to deal with the COVID-19 outbreak

  • L’ESA demande aux experts en télédétection ou en ‘machine learning’, mais aussi au public intéressé de faire des propositions d'idées sur la façon dont les données satellitaires pourraient aider à surveiller et à atténuer la situation dans les mois à venir.
    COVID-19 Custom Script Contest by Euro Data Cube

  • Sentinel-5P fournit des informations essentielles sur les concentrations des polluants atmosphériques. Mais il reste un énorme potentiel d'utilisation des données d'OT pour décrypter d'autres changements en cours. L’ESA lance un appel aux scientifiques et entreprises afin d’explorer les possibilités qu’offrent les données satellitaires pour, par exemple, cartographier les changements dans les réseaux de transport, les ports commerciaux et les industries lourdes.
    Submit an innovative proposal for characterising COVID-19 impacts

Les compétences de plusieurs chercheurs, coordinateurs de projets du programme STEREO , ont été mises à l’honneur durant cette crise du Coronavirus:

  • Sophie Vanwambeke, déjà citée ci-dessus, est professeure au Earth & Climate Institute de l'UCLouvain. Elle est régulièrement interpellée par la presse en tant qu’experte en épidémiologie.
    "Une chose est sûre, nous ne sommes pas les victimes innocentes d’événements extérieurs. La plupart de ces phénomènes sont bien le résultat des actions de l’espèce humaine."
    [ Sophie Vanwambeke, dans Notre agriculture est-elle en train de nous tuer? - L’Echo du 3/04/2020 ]